Souscription exceptionnelle

PROLONGATION de la SOUSCRIPTION VOLONTAIRE

pour financer les travaux sur «Belle de Vilaine»

Madame, Monsieur,

Restauration du voilier traditionnel «Belle de Vilaine »

Grâce à votre souscription, les travaux lancés en partenariat avec la Fondation du patrimoine sont terminés depuis août 2019.

Fière de sa restauration, malgré les restrictions dues aux conditions sanitaires, Belle de Vilaine a pu embarquer à nouveau plusieurs groupes d’adhérents pour le plus grand plaisir de tous. Nous vous remercions, plus que sincèrement, d’avoir permis de préserver la mémoire et l’identité de notre territoire maritime et de permettre à l’association «Voiles Traditionnelles en Baie de Vilaine » de continuer de les faire vivre et évoluer.

Sinistre à bord de «Belle de Vilaine»

Le 22 avril 2019, lors de la remise à l’eau par le chantier du Guip de l’île aux Moines, après sept mois de travaux sous un hangar, l’eau a envahi le bateau montant jusqu’au dessus du moteur et de la table à cartes. Suite à ce sinistre dont le chantier a été reconnu entièrement responsable, le moteur et l’ensemble de l’électricité ont dû être remplacés. Le bateau a été immobilisé plusieurs mois et n’a pas pu naviguer en 2019.AXA, notre assurance, ayant refusé de nous indemniser directement, sur des motifs d’exclusion plus que contestables et la compagnie d’assurance MMA du chantier du Guip n’ayant pas voulu conclure un accord amiable, l’association par l’intermédiaire de son avocat, M. Yann Nothumb a assigné les chantiers du Guip et la MMA. Actuellement, aucune indemnité n’ayant été versée, l’association se trouve en grande difficulté financière car elle a dû avancer le règlement du changement complet de la motorisation, de toute la partie électrique et des travaux d’aménagements intérieurs qui, eux, malgré le fort engagement des bénévoles, ne sont pas encore terminés.

Une souscription prolongée

Pour faire face à cette situation exceptionnelle, en accord avec la Fondation du Patrimoine, la souscription est prolongée. Suite à ce sinistre, nous faisons donc appel, une nouvelle fois à votre générosité pour nous aider à conclure au mieux la restauration de «Belle de Vilaine» malgré le contexte sanitaire plus que particulier que nous traversons.

Tous les dons sont déductibles de vos impôts. Quel que soit le montant de celui-ci, nous vous remercions chaleureusement de votre compréhension et votre participation.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sincères salutations.

Pour l’association, le président : Dominique Prudhomme

P.S. : dans « L’appel aux dons» ci-joint, sachez que, concernant les contreparties 1 et 2, celles-ci seront effectives dès lors que lorsque le contexte sanitaire le permettra.

Rappel Restauration voiles et pont

Le 11 août 2018, lors de sa fête maritime, l’association a inauguré le nouveau jeu de voiles façonné par la voilerie VOILAGIL de Questembert dans le cadre de la restauration de son gréement traditionnel « Belle de Vilaine».

Depuis le 8 octobre 2018, le navire est resté 7 mois en travaux au chantier du Guip de l’île aux Moines. Les travaux pour le changement du pont ont débuté par le remplacement d’une jambette. Le pont a été entièrement démonté et l’ensemble des relevés a été effectué et des pièces de bois débitées et la restauration commencée.

Travaux supplémentaires

Après démontage du pont et du vaigrage intérieur, il est apparu, fin novembre, que des travaux importants supplémentaires sur la structure du bateau devaient obligatoirement être effectués avant le commencement du changement du pont. De plus, mi-décembre, le chantier a découvert que des champignons avaient attaqué l’étambot dans sa partie supérieure. La pourriture s’était installée dedans et il était impératif de le remplacer partiellement de la ligne d’arbre jusqu’au niveau du pont. Le coût de cette restauration supplémentaire s’élève à 27 200.91€ TTC pour les travaux suivant : renforts jambettes de béquille, anguillets, changement de deux parties de la contre-bauquière, changement d’une partie de la préceinte, renfort de la cloison avant, remplacement partiel de l’étambot.

Ces travaux ont permis à la restauration d’être réalisée sur des bases saines et pérennes ; seul moyen de préserver durablement ce navire patrimonial et de lui permettre de continuer à naviguer en toute sécurité pour le plaisir de tous. Avec ces travaux supplémentaires, le budget pris en compte dans le cadre de la souscription s’élève maintenant à 98 364.07€.

Subventions

Suite à nos demandes, le département subventionne l’ensemble de ces travaux à 15% et la région à 30% .

Dons

La souscription, qui s’élevait fin 2019 à 26 634.90€, passe actuellement, grâce à vous et malgré cette année difficile, la barre des 43 000€  au 13/04/21 : 2ème passage de la Ligne… reste la remontée de l’Atlantique nord, pour une Belle Chaloupe entièrement rénovée !

Particuliers, entreprises, commerçants, artisans, retraités … en faisant un don* déductible à 66% des impôts, devenez acteur de cette restauration !

Avec la fondation, aidez-nous à relever ce nouveau défi pour préserver la mémoire et l’identité de notre territoire maritime

D’avance, merci pour votre générosité !

* Même si le bon de souscription (accès en bas de page) indique à partir de 50€ des contreparties symboliques accordées par paliers, le soutien à la Belle se fait en toute liberté, dès 10€ (réduits fiscalement à 3,4)  jusqu’à l’infini… marin : l’horizon où vous verrez, peut-être, un soir, le fameux rayon vert, privilège du grand large ! De plus, chaque souscripteur, quel que soit son apport, renforce le soutien de la Fondation à Belle de Vilaine, par complément de celle-ci selon le nombre de souscripteurs.

pour souscrire en ligne : 

Tapez sur votre moteur de recherche : www.fondation-patrimoine.org/52664Lors de cette consultation, le site vous propose de faire un don directement par internet.

Vous pouvez aussi faire un don par voie postale en utilisant le bon de souscription que vous trouverez à Billiers ( Kalipso, épicerie, mairie) ou dans les Offices de Tourisme Damgan,  Muzillac et La Roche-Bernard  ou encore en le téléchargeant sur le site de l’association.

Vous pouvez enfin déposer votre don et bon de souscription dans la boîte aux lettres de l’association, nous l’expédierons nous-mêmes à la Fondation. 🙂

En espérant vous (re)compter parmi les souscripteurs.

Bien cordialement

Bon de souscription téléchargeable (page 2 pour souscription par courrier) 2X2 Mo :

        

« Belle de Vilaine » ! Un bateau d’intérêt patrimonial à préserver

« Belle de Vilaine » est la réplique unique à l’authentique d’une chaloupe pontée à cul rond, pavois ajouré et voiles au tiers à bordure libre, de 1887.

Ce type de voilier était usité dans la région entre 1820 et 1935. Il a succédé, petit à petit, aux curieux bateaux amphidromes de 12 à 14m. appelés « chatte ».

Dès le début du 19ème siècle, les charpentiers Billiotins se mirent à construire des chaloupes. Même si, par la suite, on fit appel à des chantiers extérieurs, les Billiotins ne laissèrent jamais à d’autres le soin de fabriquer les mâts. Après avoir été abattu en forêt de Marzan, le bois était acheminé par flottage et enterré pendant 5 ou 6 ans dans la vase dans un bras de l’étier de Billiers avant d’être façonné.

On dénombrait plus de 25 chaloupes à la fin du 19ème siècle.

Petit à petit, les chaloupes vont être transformées en côtres. C’est en 1934 que l’on signale, dans le port de Billiers, la dernière chaloupe à naviguer.

L’histoire du port de Billiers est directement rattachée à celle de l’Abbaye de Prières fondée en 1250 par le Duc Jean 1er. Gros consommateurs de poissons, les moines se ravitaillaient à bon compte grâce à la proximité du port.

Armée par un patron, un matelot et un mousse, la chaloupe était essentiellement destinée à la traction du chalut à perche en dérive « travers au vent » décrit dès 1728 par Lemasson Du Parc.

  Elle pêchait en Baie de Vilaine la civelle (jeune anguille) au printemps, la sole en été, le boucaud (crevettes grises) et le merlan en automne et la raie en hiver.

  Certains bateaux pratiquaient le bornage (petit cabotage local) à la morte saison, transportant bois, charbon, sel, froment, vin et matériaux de construction entre Loire et Vilaine.

  Le produit de la pêche était vendu sur les marchés locaux grâce aux poissonnières de Billiers, reconnues dans toute la région pour leur habileté à porter les paniers de poissons sur leur tête et le surplus était expédié par chemin de fer.

« Belle de Vilaine » : un vieux gréement associatif

Dans le cadre du concours national « Bateaux des côtes de France » organisé par Le Chasse-Marée, l’association Voiles Traditionnelles en Baie de Vilaine a lancé la construction de Belle de Vilaine, en 1992, au chantier Croisicais « Pradelle » en relation avec le musée maritime de la Roche-Bernard et l’architecte François Vivier.

Lancée, le 22 mai 1994, Belle de Vilaine a parcouru, à ce jour, l’équivalent de plus de deux tours du monde en véritable ambassadrice du passé maritime et du savoir-faire de la Vilaine et de sa Baie.

Ce vieux gréement traditionnel associatif éclaire à la fois le passé, le présent et l’avenir de Billiers, petite commune littorale et de sa région : la Baie de Vilaine.

  – Le passé, parce que ce bateau fait référence au port de pêche, autrefois très actif, lié au rayonnement de l’abbaye de Prières.

  – Le présent parce que la réussite de cette entreprise illustre la capacité locale à mobiliser les énergies.

  – L’avenir car le fonctionnement de ce voilier s’inscrit dans le développement harmonieux d’un patrimoine tourné vers la nature, les traditions et l’authenticité.

Bon de souscription téléchargeable (page 2 pour souscription par courrier) 2X2 Mo :